Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/05/2014

podium

sSur le trail Charles et Alice ....AUDE 1ere feminine sur le 65 km 10eme au scrath

NICOLAS sur le 12 km 3eme

bravo a vous deux 

sacré aventure dans la Drôme !!!

Dans la continuité de la prépa Maxi Race, me voilà inscrite (non sans appréhensions) sur les aventuriers de la Drôme (67 km / 4200 D+), l’une des courses proposées sur le week end trail nommé Challenge Charles et Alice. Sacré orga, avec pas moins de 9 courses sur les 2 jours ; autant vous dire qu’il y en a pour tous les goûts et les niveaux !!! du 6.5 km au 105 km avec la possibilité, pour les plus courageux, de cumuler les 105 km le samedi et le maratrail (43 km) le dimanche pour être finisher du fameux challenge !!! Le tout se déroule autours du village de Crest dans la vallée de la Drôme nichée entre le Vercors et la Provence. Encore une belle occasion de profiter de quelques jours de repos (enfin façon de parler ;-), de villages perchés aux ruelles étroites, de bords de rivières et de hauts sommets =)

Sur le trail Charles et Alice ....AUDE 1ere feminine sur le 65 km 10eme au scrath

NICOLAS sur le 12 km 3eme

bravo a vous deux 

frederic

sacré aventure dans la Drôme !!!

Dans la continuité de la prépa Maxi Race, me voilà inscrite (non sans appréhensions) sur les aventuriers de la Drôme (67 km / 4200 D+), l’une des courses proposées sur le week end trail nommé Challenge Charles et Alice. Sacré orga, avec pas moins de 9 courses sur les 2 jours ; autant vous dire qu’il y en a pour tous les goûts et les niveaux !!! du 6.5 km au 105 km avec la possibilité, pour les plus courageux, de cumuler les 105 km le samedi et le maratrail (43 km) le dimanche pour être finisher du fameux challenge !!! Le tout se déroule autours du village de Crest dans la vallée de la Drôme nichée entre le Vercors et la Provence. Encore une belle occasion de profiter de quelques jours de repos (enfin façon de parler ;-), de villages perchés aux ruelles étroites, de bords de rivières et de hauts sommets =)


Nous arrivons sur place le vendredi dans l’après midi pour retirer les dossards car faudra être matinaux : départ à 3 h30 !! 
J’opte pour un repas vers 18h, histoire de me coucher dans la foulée pour un réveil vers 1h45 ; mais voilà, impossible de fermer l’œil, je suis bien trop excitée !!! C’est donc avec tout juste 4 h de dodo que je me retrouve dans le gymnase à 2h45. Endormie certes, mais ce n’est pas la joie et la motivation qui manquent !!! Et puis, il y a pire que moi : ma marmotte de Nico habitué à ses 12 heures de sommeil regrette peut être déjà d’avoir accepté de faire mon assistance ( et oui, il se réserve pour le marathon de l’Hortus du Festa trail le week end prochain et fera le 12 km ce soir).
Pas le temps de tenter de trottiner pour s’échauffer, tout est prévu puisque Jack (l’organisateur) nous accompagne en trottinant au sommet du village où se tient l’arche de départ. Nous traversons donc les rues encore endormies (pas pour longtemps) puisque le départ est donné au pieds de la Tour de Crest avec un Ludo qui fait monter l’ambiance au micro et un super feu d’artifice !!! (vite oubliée la dette de sommeil ;-)
C’est parti mon kiki !!! Les premiers kilomètres c’est l’euphorie : cette ambiance, toutes ces frontales en file indienne (le 67 km correspond au parcours du 105 km qui continue à mon arrivée à Saillans, nous sommes donc près de 200).
N’ayant que très peu d’expérience sur ce genre de distance, je pars un peu trop vite et me retrouve , lors du 1 er contrôle à Ourches au km 13 , 3ème au scratch juste derrière la grande championne Francesca Canepa !!! J’me suis un peu emballée là quand même !!! Nico s’affole "doucement folasse !!!" Mais c’est que je me sens trop bien pour l’instant ...
Le crépuscule se lève au loin, le tracé est plutôt roulant pour le moment, j’ai des supers sensations, bref, je me régale ; on alterne DFCI et monotrace en pente douce et je suis le rythme d’un coureur qui part sur le 105 km et qui a prévu d’arriver à Saillans en 9 h (j’étais partie pour 11 heures ..)
J’arrive au 2ème pointage à Barcelonne au km 25 en 2 h42, toujours en forme et 4ème au scratch. Nico est super en ravitailleur !! il me tends barres, gels, bidons, .... mais je n’ai pas faim et me rends compte que je n’ai encore rien avalé depuis le départ (grosse erreur à mon avis) mais le sucré ne me donne vraiment pas envie et j’attrape quelques tucs au ravito. Il court quelques mètres avec moi et me dit de lever le pieds "tu n’es pas à ton rythme ni à ta place libellule ;-). Il a raison, d’ailleurs la première bosse m’attends juste après, et le prochain ravito est à 25 km ...
Je repars donc toute contente et fière de moi mais ça ne va pas durer ... La montée est juste sublime, le soleil se lève doucement sur les falaises et sur la vallée en contrebas ; c’est vraiment magique comme moment. Je suis un groupe de 3 coureurs habitués du parcours ; et on discute Grand Raid (réalisé par l’un d’eux). Les cuisses commencent à tirer et je me sens un peu vidée ... D’ailleurs mon rythme commence à diminuer et j’ai de plus en plus de mal à trottiner dans les côtes ; mes compagnons de course commencent à s’éloigner doucement ... C’est donc seule que j’atteins le sommet mais les lumières sont tellement belles que ma perte de régime n’atteint pas encore mon moral. Je longe un sentier en crête qui me fait descendre vers le 3ème ravito situé dans le village de Cobonne. C’est tellement merveilleux de courir dans ce paysage et en descente en plus ; je me sens pousser des ailes !!! J’accélère à nouveau mais la fatigue est bien là ... et à trop tourner la tête dans tous les sens pour admirer cette somptueuse nature , ce qui devait arriver, arriva : Mme Catastrophe entre en action, c’est la GROSSE gamelle ... et je fais pas dans la dentelle : je sens ma cheville gauche flancher (j’avais déjà eu quelques rotations sans gravité ces derniers mètres) et , de peur de l’entorse, j’envois tout mon corps de l’autre côté !! Au final : une hanche et une épaule en sang ... je me relève toute sonnée ... je marche quelques mètres, histoire de faire un état des lieux ; j’ai mal mais tout à l’air de fonctionner. Je me remet donc à trottiner en me maudissant d’être si tête en l’air ;-) Je n’ai qu’une idée en tête : rejoindre au plus vite le ravito (environ 5 km) pour me faire poupouner par Nico et surtout MANGER car là j’ai la dalle ;-)
Catastrophe numéro 2 : des petits malins (pour ne pas dire des gros co..s) se sont amusés à dé baliser le parcours et à le ru baliser dans la mauvaise direction ... me voilà donc en train de faire un "petit" détour dans la vallée opposée ... le coins est beau mais quand même ... plus de balisage depuis un moment, pas de coureurs en vue, là je craque et fait mon gros bébé ;-) "allo Nico, je suis en sang, perdue, j’en ai ras le pompon, je continue de descendre jusqu’à la prochaine route et tu viens me chercher ; c’est fini, j’abandonne ..." Mon Nico tout affolé me dit OK tellement je lui fait pitié ;-) . Lorsque soudain, j’entends le bruit d’une moto qui vient dans ma direction ; ALLELUIA !!! C’est un bénévole qui vient rebaliser et qui m’indique un sentier pour remonter sur le parcours ; il me regarde l’air effaré, je dois avoir une sale tête avec tous ces bobos ;-) Bref, je remonte une sacré côte et finit par retrouver le sentier. Mais voilà, l’orientation et moi ça fait 2 et je ne sais pas dans quel sens reprendre le circuit ... j’y vais à l’intuition et me remet à trottiner. Quand, quelques minutes après, je croise 2 coureurs à contre sens !!!!! Eux aussi me regardent comme un OVNI ; "euhhh tu veux retourner voir la vue du sommet ???" Pas vraiment en fait ;-) Ils sont supers sympas et rigolos ces 2 là ; on continue ensemble et je reprends du poil de la bête en leur compagnie.
Nous arrivons enfin à Cobonne au km 40 en 5 h 19 ... j’ai perdu pas mal de temps et suis passée 13ème au scratch mais toujours 1ère féminine (les 2 autres qui sont passées sont sur le 105 d’après Nico) ; d’ailleurs, quel BONHEUR de le voir !! Je verse toutes les larmes de mon corps en lui racontant mes mésaventures. Je prends le temps ici, je soigne mes ptits bobos, je me jette sur la purée/jambon que je m’étais préparé la veille et sur les snickers que je garde en bonus pour les coups au moral. C’est donc toute requinquée que je repars pour la 2ème partie de la course au grand soulagement de Nico.
C’est plutôt roulant et dans un paysage champêtre jusqu’à Mirabel au km 51. On traverse des champs, des vignes, des jolis petits villages entourés de cyprès centenaires. Je trottine tranquillement mais sûrement même dans les faux plats montants =) je suis bien entamée mais j’ai le moral et c’est très agréable de courir ici. J’arrive au ravito en 6 h54 en 11ème position sous les encouragements (hurlements) de ma moumout qui a rejoint Nico. Que c’est bon de les voir !!! car faut dire que je cours souvent seule sur cette 2ème partie ... 2ème ruée purée/snickers. Grâce à leur optimisme, et enthousiasme, je repars toute guillerette pour affronter la dernière ligne droite (euhh en fait 2 Mont Bouquet à franchir sur 15km !!)
Le premier "Mont Bouquet" passe difficilement mais le second, c’est carrément la varappe ; je n’arrive plus à courir sur les faux plats et marche beaucoup, impossible de relancer (sauf dans les descentes). C’est là que je râle de pas avoir pris de bâtons car les quelques coureurs que je croise en ont et ça a l’air de bien les aider ... (mais faut s’habituer sans, car ils sont interdits pour le Grand Raid). J’arrive enfin au sommet de la dernière côte et retrouve mes jambes dans le sentier en lacets qui m’amène à l’arrivée. A chaque virage, je vois les maisons se rapprocher et soudain, dans le dernier, je vois Nico qui m’attrape par la main et m’amène jusqu’à la ligne d’arrivée !!! 
Je termine donc en 9h39, 10ème au scratch et 1ère féminine !!! je sais pas trop où je campe quand ma maman vient me féliciter ; c’est dingue ce que les émotions sont décuplées quand on donne le maximum. Ce que j’aime sur le trail long, c’est que c’est une course avec soi où on apprends à se connaître à tous les niveaux et c’est vraiment enrichissant de vivre ça.
Pour conclure, un grand bravo à l’orga de ce trail qui, malgré sa dimension, permet de garder un état d’esprit familial qui lui donne vraiment une identité particulière. A l’an prochain, c’est sûr =) 

Commentaires

Bravo les amoureux !

Écrit par : Denis | 14/05/2014

Waouh !!!!!!!!!!!!

Écrit par : Jacques | 14/05/2014

Les voilà définitivement installés tous les deux sur les podiums, et ils n'ont pas fini de nous surprendre ...

Écrit par : Pascal | 14/05/2014

Les commentaires sont fermés.