Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2015

S'entraîner en endurance pour aller plus vite

A l'intention de Aude-Nicolas-Rémi (notre discussion de mercredi) .....

Par Jogging international :

endurance-marathon_large.jpgLorsque le champion éthiopien Haile Gebrselassie bat le record du monde du marathon en 2 h 03 mn 59 s, il court en endurance. Et non en résistance. L’endurance, c’est une allure lente pour bien débuter, mais aussi une allure rapide pour mieux progresser. Et améliorer ses «chronos». Ce qu’il faut donc élever, c’est son niveau d’endurance.

Par Bruno Blanchard et Rodolphe Bier, entraîneurs diplômés d’Etat.

Lire l'article ICI


Voici les conseils de Courir-plus-loin :

 

Quand courir en endurance fondamentale pour le coureur confirmé ?

Les sorties longues le weekend se font principalement en endurance fondamentale.

  • À l’échauffement, c’est à cette allure que l’on prépare le corps à l’effort.
  • Pendant les séances de qualité (fractionné par exemple) les moments de récupération se font à cette allure afin d’éliminer l’acide lactique produit pendant les périodes de course rapide. C’est pourquoi il vaut mieux marcher ou courir lentement entre les répétitions que de rester statique.
  • Pour la récupération en fin de séance, toujours dans le but d’accélérer l’élimination des déchets. En effet, l’endurance fondamentale active les organes de désintoxication (foie, rein).
  • Entre des séances de qualité ou après une compétition, pour des footings dits d’assimilation (45minutes environ), pour permettre au corps de s’adapter et développer de nouvelles aptitudes.
  • La majorité d’une sortie longue doit se faire à cette allure (regardez par ici pour en savoir plus sur la sortie longue, ses bienfaits, choisir la durée, comment l’organiser, etc.).

L’endurance fondamentale représente le plus gros volume horaire de l’entraînement, environ 70-75% de l’entraînement.

Les commentaires sont fermés.