Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/07/2014

Course de Saint Ambroix le 14 juillet...à ne pas manquer...

Dans les Cévennes course à pied rime toujours avec convivialité...comme chez nous...et puis les organisateurs vont venir participer à notre duo...alors le 14 juillet tous à Saint Ambroix...

note publiée par Denis

 

course pedestre JM 2014.jpg

01/08/2013

Sur le chemin de Stevenson

Par Muriel et Jean-Luc

Randonnée à pieds GR 70 Le Puy-en-Velay / St Jean du Gard
252 kms en 8 jours

Cliquez-moi!

Nous n'’avions rien à prouver, encore moins à régler ! Peut être juste l'’envie de passer des vacances différentes et puis surtout nos premières vacances sans notre fils qui, à 17 ans, partir en vacances avec ses parents « c’est la honte !! ».
Donc on est parti, en couple, en amoureux, très fiers de notre idée, en train, de Nîmes jusqu’au Puy.
On ne voulait pas courir, juste marcher, jusqu'à St Jean du Gard. On avait qu'une échéance : je reprenais le travail le 1er août.
On avait prévu de voyager léger et de dormir en gîte d’étape ou à la belle étoile si on trouvait complet.
On n'’a jamais trouvé complet et heureusement car tous les soirs un bon orage éclatait, donc on a dormi au sec dans un lit ! et on repartait tous les matins assez tôt pour faire nos kms : entre 25 et 33 kms selon les étapes, entre 7 h et 8 h de marche par jour. Souvent côte à côte, au même rythme, à l'’unisson.
Faciles ? pas toujours ! Techniques ? plutôt ! Un bon mental et un physique qui a suivi ! Après quelques ampoules (surtout aux orteils !) on est arrivé au bout ! 
On a traversé des paysages plutôt familiers (origine Lozérienne oblige !) mais toujours magnifiques et reposants.
On a rencontré des gens sympas et différents. On a (trop) mangé à Goudet, on a mangé Indien à Pradelles, on a souffert des pieds à la bastide Puylaurent, on est « tombé » par hasard sur des amis gardois au Bleymard,  on a participé à une soirée mousse au Pont de Montvert (c’était la fête votive), on a dormi à l’hôtel du Pont neuf à Florac chez mon oncle et ma tante (étape familiale), encore une brève visite chez le cousin et la cousine à St Etienne vallée française, et à l'’arrivée à St Jean du Gard pour nous accueillir : notre fils ! Tout sourire ! Trop bien !

Donc : A refaire ! Ailleurs ! N’importe où !

Nous finirons par ces quelques mots : « Le but essentiel de la randonnée n'’est pas de contempler des paysages ; Elle a pour effet bénéfique d’arrêter la pensée ; Elle n'’est vraiment agréable qu’à l'’étape, lorsqu’on se retrouve épuisé, purgé de toute étroitesse et de tout orgueil ».

Stevenson

28/11/2012

Michèle s'adresse aux coureuses .........

Michèle.jpgVoici un petit texte de Michèle qui devrait trouver un écho chez certaines de nos coureuses :

Jamais je ne gagnerai ,
Jamais je ne monterai même sur la plus petite marche d’un podium ,
Jamais je ne ferai partie des meilleurs ,
Jamais je n’exploserai le chrono ,

Et pourtant …je continuerai à faire des courses ..
Car :

Comme toujours l’ambiance compétition m’aiguillonnera ,
Comme toujours je courrai avec et contre moi seule ,jubilant ou maugréant sur une minute gagnée ou perdue sur mon temps perso.
Comme toujours je souffrirai en côtes ,crachant presque mes poumons ,et ma rage de toujours devoir me battre dans les montées ..
Comme toujours mon objectif sera de bien gérer mon effort pour franchir l’arrivée sans être « éclatée » ;et le classement qui en découlera m’importera peu ..
Comme toujours je ressentirai non pas de la fierté mais un certain contentement personnel d’avoir fini l’épreuve ,même en fin de peloton
Comme toujours la course m’amènera un moment où je me sentirai vibrer et vivre pleinement

NON,
jamais je ne gagnerai une course mais j’y trouverai toujours un moment de bonheur !!!!

Alors ,à toutes celles qui aiment courir et n’osent se lancer dans la compétition ,s’estimant trop lentes ,pas assez aguerries , j’écris ,je dis ,je crie : 

Vous avez tort ! 
FAITES UNE COURSE ! car ce sera VOTRE course : une expérience personnelle et même intime ,qui sera EXCEPTIONNELLE !!!!!

27/05/2012

Coup de chaud à Anduze (par JPaul)

Ou le petit récit d’une défaillance….
LAU_9296 recadré.jpg
Anduze, 17h30, il fait chaud et lourd comme souvent sur cette course. J’ai fait un bon échauffement avec Bernard et je suis avec les copains du club sur la ligne de départ. L’ambiance est sympa, et il y a du monde. Je sais que ça part vite sur les 2 premiers Km qui sont roulants, et je me force à une certaine modération….Passage au km2 : 8mn 30, 14 km/h ça va….J’ai en point de mire, 30m devant moi, Fred et Bruno , Bernard est déjà plus loin, devant.
1ère côte, je connais parfaitement le parcours de cette course que j’ai faite de nombreuses fois et je gère gentiment la montée car je sais que le faux plat entre les km 5 et 10 est difficile…
Je rattrape Fred en haut de la côte, il me relâche dans la descente, puis je le rejoins au ravito du Km 5, il a laissé partir Bruno devant, qui se sent bien….
On reste ensemble sur qqs km, tout est OK. 7km en 33mn, Fred est légèrement derrière moi …
Km 8, toujours à 13km/h sur le faux plat, ça va bien ; je sais qu’après le ravito du 10ème km il ne reste qu’une montée avant de basculer sur la descente  de 3km qui nous amène vers l’arrivée ; je pense que je vais vers un chrono de moins d’une heure dix…
Je vois le ravito à 100m, et là, d’un coup, plus d’essence dans le moteur,  noir total, je ne peux plus avancer ; je m’arrête, repars en marchant jusqu’à la table de ravito où on me tend du sucre et des boissons que j’avale sans m’en rendre compte ; Après 1mn appuyé sur la table je repars en marchant.
Je vois Alex 50m devant qui m’a vu lui aussi et m’attend.
J’arrive à peine à marcher droit dans ce sentier qui monte, Alex m’encourage et me soutient….
10 fois je lui dis de continuer sans m’attendre, 10 fois il m’assure qu’il tient à rester avec moi.
La montée est atroce, pourtant en temps normal elle n’est pas si terrible ….Enfin on arrive en haut, sur la route; morceau de plat, j’essaie de me remettre à trotter : pas possible, jambes paralysées, je continue en marchant…
Nombre de concurrents me doublent, perçoivent mon état, et beaucoup ont un mot d’encouragement… c’est fort…
Alex essaie de me faire rire en me disant la phrase préférée de la famille Landru : « on est pas bien, là ? » C’est vrai qu’on traverse une pinède, à l’ombre, et que c’est superbe…..
Ben, non Alex, on n’est pas bien !!! (enfin, je suis pas bien). Je lui assure pourtant que si !
5 mn plus tard ça va un peu mieux, je peux courir, pas vite, mais c’est déjà ça et puis ça commence à descendre ! Des copains du club nous dépassent eux aussi et nous encouragent…
Soudain je vois un maillot orange, qui remonte, à contre-courant ; c’est Momo, qui courait avec Sandrine et qui nous avait dépassés quelques minutes avant, qui revient finir la course( ?) avec nous.
On va finir tous les trois, Alex, Momo et moi, ces 3 km de descente à un rythme presque normal et on franchit ensemble la ligne d’arrivée en se tenant par la main.
C’était dur : C’est fini. Je n’ai jamais connu une telle défaillance, ni une telle détresse physique, qui gomme toute lucidité : J’avais deux gels dans ma ceinture, à aucun moment je n’ai pensé à les prendre !!!
Voilà mon récit de cette expérience : Course nulle pour moi, résultat à oublier…


Mais ce que je n’oublierai pas  c’est le soutien d’Alex, puis de Momo dans ces moments difficiles, le fait qu’ils aient sacrifié leur fin de course pour me soutenir et rester avec moi.


Leçon de fraternité, de complicité de coureurs ,qui connaissent la difficulté des efforts, et d’amitié toute simple, qui importe bien plus qu’un chrono ou qu’un podium.
Ce sont les valeurs que j’étais venu chercher dans un club comme le nôtre, et je suis heureux de les avoir trouvées ce Samedi…..


Merci à tous les copains sur la ligne, qui s’inquiétaient de ne pas me voir arriver, Merci pour le soutien, en course, des autres, et une énorme reconnaissance à Alex et Momo…
A bientôt les gars…Je vous rendrai sans hésiter la pareille, un jour, si vous êtes dans la souffrance comme je l’ai été ce Samedi.
Amitiés à tous.

Jean-Paul

18/03/2012

Elle a aimé !

Par Béatrice :

UNE BELLE DECOUVERTE.

P1030961.jpg

Lorsque j’ai croisé Cyril au Pont du Gard une semaine avant le duo, il m’avait dit : «  je te suivrais ». Connaissant un peu le parcours du gaillard et ses capacités à s’engager sur des défis de fous, je trouvais ça très galant de sa part.

Retrouvailles à Cendras ce 16 mars avec une belle représentation de Courir en Uzège et du Duatlhon de Bellegarde. Petit échauffement pour Cyril, mine de rien.

Lire la suite

09/09/2011

Le coup de coeur de Béa

Béatrice T-4.jpgLa course à pied et ses richesses insoupçonnables.

La course à pied est un puits sans fond de découverte sur soi-même et des autres. Moi qui aime décortiquer, je n'ai pas fini d'essayer de comprendre, d'analyser. Je pense déjà qu'elle revèle la vraie personnalité de chacun et par la même permet des rapprochements ou des ruptures...

Lire la suite

29/08/2011

Le Coup de Coeur ( de Béa )

Cette fois-ci, Béa a laissé un autre membre du club exprimer son Coup de Coeur :

( par modestie l'auteur n'a pas souhaité être cité, mais je pense fort que les membres du club n'auront de difficultés à reconnaitre ni l'auteur , ni le sujet de son Coup de Coeur !) Merci à tous les 2 !

 

Moi, mon Pote ….

 

Moi, mon pote ,il est coureur .Je l’ai d’ailleurs rencontré à Courir en Uzège.

Tout au long des sorties ,j’ai apprécié sa gentillesse, son esprit de camaraderie ; j’ai reconnu en lui la même passion pour la CAP .Assidu aux entrainements ,tenace à l’effort , il en veut .Son objectif ? Progresser , découvrir de nouvelles courses ,se lancer de nouveaux défis .

Bref , mon Pote ,c’est un vrai coureur .

Lors de notre 1° rencontre , il m’avait dit : »Je suis diabétique « .A le voir gambader avec nous ,sourire aux lèvres , je me suis dit : »Ce n’est guère plus embêtant qu’une allergie ! ».

Puis nous avons participé ensemble à un duo nocturne ,et là j’ai mieux compris les contraintes et les risques de la maladie .

 

Avant le départ ,petit galop d’échauffement ,bien sûr, mais aussi prise de glycémie ,absorption de jus de fruit /gâteaux ,et calcul 0,1,2,ou 3 unités d’insuline à injecter …

Départ donné, nous nous élançons sur les côtes, les monotraces ,dans les cailloux , tous les 2 persévérants et concentrés dans notre effort .Mais au 7° km : ARRET !.Il connait son corps ,une alarme s’est allumée ….Glycémie en nocturne ,à la frontale …Les mains tremblent, les traits sont tirés …Il est en hypo !!!!Vite,Vite du sucre .Il ne se restaure pas ,il se « goinfre »de gâteaux ,pâtes de coing…et moi, je suis prête à dégainer mon téléphone portable ….Mais ça va mieux ,il rouspète parce qu’on nous double… ?????

Nous repartons et malgré un autre arrêt au ravitaillement (9°km) nous arrivons à reprendre notre avance sur les quelques coureurs qui nous ont dépassés.

Et c’est presque en sprint que nous franchissons la ligne d’arrivée.

Heureux,nous nous embrassons ,puis vite une nouvelle glycémie .Parfait :1.5g

 

Une course nocturne est toujours une petite aventure mais avec mon Pote c’en est une grande car il a toujours une épée de Damoclès sur la tête .Lui ,il relève le défis de la course et celui du diabète .

Un jour il m’a dit : » La maladie ne doit pas gérer ma vie ,mais c’est moi qui dois maitriser ma maladie pour vivre pleinement ma vie « 

 

Moi,mon Pote , c’est un coureur et …un grand SAGE !

Publié par Jean-Paul le 29-08